Breakfast News | 21 janvier 2020

Merci aux banques centrales

C’est un peu ce qu’a voulu dire le FMI dans ses dernières prévisions publiées hier. Au niveau de la croissance mondiale, la boule de cristal de l’institution dit +3,3 % en 2020 après +2,9 % en 2019 (-0,1 % par rapport aux prévisions de l’automne dernier). Sans l’intervention des banques centrales, les prévisions seraient inférieures de 0,5 % chaque année. Le FMI croit toujours en un (fébrile) rebond de l’activité mondiale cette année, soutenu par la récente trêve commerciale sino-américaine et la perspective d’un Brexit ordonné.

Les entreprises françaises ne faillent plus

Selon Altares, les défaillances d’entreprises ont reculé de 4,8 % l’an dernier, atteignant un plus bas depuis 2007. La bonne tenue de la consommation des ménages en est une des principales raisons. Les seuls secteurs n’en ayant pas bénéficié sont le transport routier de marchandises et l’informatique/communication. Parallèlement, Altares relève quand même que de plus en plus de PME souffrent sur leur trésorerie.

Bon début d’année pour les cryptomonnaies

En 2019, le bitcoin a été le roi des devises 2.0, avec une envolée de son cours de 94 %. Depuis le premier janvier, ses homologues le rattrapent : le bitcoin ne fait « que » +20 % quand l’indice Bloomberg du marché des cryptomonnaies gagne 34 %. La volatilité de ce marché ne devrait pas faiblir en 2020. Encore beaucoup de sujets structurels, visant à sa régulation, sa tolérance dans les milieux financiers et la sécurité de ses intervenants (via des plateformes dédiées) sont à figer.

Une activité peu rentable

C’est celle de « primary dealers » : ces banques, spécialistes en valeurs du Trésor (SVT), qui accompagnent les Etats lorsqu’ils lèvent de la dette sur les marchés. Selon l’AFME, les Etats européens ne comptent plus qu’en moyenne 16 partenaires bancaires pour faire le job : un plus bas historique. C’est une fonction prestigieuse qui permet aux SVT d’augmenter leur visibilité sur les marchés obligataires et ouvrent donc certaines portes. Toutefois aujourd’hui, la réglementation et plus précisément les coûts prudentiels de la détention des titres de dette pèsent énormément sur la rentabilité de l’activité pour les banques.

Dans le reste de l’actualité

Marion Cotillard jouera le rôle de Cléopâtre dans le prochain Astérix.

Le Coronavirus inquiète : ce virus inconnu, semblable à une pneumonie, a fait un quatrième mort en Chine.

Calendrier macro-économique

10h30 : taux de chômage (Royaume-Uni)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (zone euro)

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux