Breakfast News | 20 novembre 2019

Non mais allô quoi !

L’heure est à la généralisation de la facturation des comptes courants bancaires (entreprises et particuliers). Wirecard, le leader allemand du paiement en ligne, prend le contre-pied en lançant dès l’an prochain des comptes courants rémunérés à 0,75 %. Pas sûr que Wirecard soit rentable sur ce seul service quand on sait que les taux de marché sont aujourd’hui négatifs. En revanche, il peut vouloir concevoir ce produit d’appel pour élargir sa base clients et fournir d’autres services en réalisant une marge positive cette fois !

Les opérateurs satellites n’encaisseront pas le pactole

Pour cela, les opérateurs satellites comptaient sur la revente directe aux opérateurs télécoms du spectre satellite destiné au déploiement de la 5G. Que nenni ! Hostile au principe de cette vente, l’Autorité fédérale des télécommunications américaine (FCC) avance la solution d’une enchère publique qui s’avèrerait beaucoup moins intéressante pour les opérateurs satellites. Les principaux concernés dévissent en Bourse depuis le début de la semaine : -23,6 % pour le leader mondial luxembourgeois SES et -50 % pour l’américain Intelsat. Moins exposé, l’opérateur français Eutelsat ne baisse que de 2,05 %.

Mare Nostrum dans le sillage de la FDJ

Clôturée hier soir, la souscription à l’introduction en Bourse (IPO) de la FDJ a été un succès sur lequel nous reviendrons. Les investisseurs en quête de nouvelles aventures boursières pourront s’amarrer au groupe Mare Nostrum, spécialiste des ressources humaines dans les PME/ETI, qui constituera la toute prochaine IPO sur le marché français. Bien sûr, les données ne sont pas comparables. Mare Nostrum n’est pas détenu par l’Etat. L’entreprise, créée en 2004 à Grenoble, compte aujourd’hui 270 salariés pour un chiffre d’affaires de 149 millions d’euros en 2018 et une croissance organique de 23 % en 2017 et 2018. Le travail temporaire constitue 90 % de son activité réalisée dans des zones délaissées par les gros acteurs du secteur en France, au Portugal, en Roumanie et en Pologne. Si cela vous intéresse, vous avez jusqu’au 28 novembre pour souscrire.

Vers une japonisation des assureurs-vie français ?

L’évolution du secteur de l’assurance-vie japonaise est intéressante à commenter car le secteur surnage dans un bouillon de taux zéro, voire négatifs, depuis plus de vingt ans. Le principal problème est le même : comment faire face à l’effritement des taux de marché et servir des taux garantis plus élevés, fixés dans le passé ? Le Japon a d’abord souffert, de 1997 à 2001, et connu des faillites d’assureurs-vie. Puis le secteur a été profondément réformé à travers des mesures préventives de surveillance de la solvabilité, la révision possible des taux garantis pour les acteurs en grande difficulté, la création d’un fonds support et, surtout, la diversification des portefeuilles d’actifs !

Dans le reste de l’actualité

« La part des aliments exempts de tout additif est passée de 13,7 % à 18,3 % en près de dix ans, signale une étude de l’Anses » (Les Echos).

Coup de théâtre, Deutsche Börse veut aussi de la Bourse de Madrid !

Calendrier macro-économique

08h00 : prix à la production (Allemagne)

10h30 : productivité du travail (Royaume-Uni)

16h30 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis)

20h00 : Minutes de la Fed (Etats-Unis)