Breakfast News | 14 avril 2017

Le retour normal de la volatilité

Les marchés financiers achèvent une semaine chahutée. La Présidentielle en France et les conflits internationaux avec la Corée du Nord et la Syrie ont mécaniquement augmenté l’aversion au risque et généré une hausse de la volatilité avec un indicateur de nervosité des marchés qui passe de 10 à 16% en quelques jours. Il faut dire que le calme qui régnait jusqu’ici était étonnant. Toutefois, les marchés d’actions n’ont que peu reculé, à l’image du CAC 40 (-1,25%). Les valeurs refuges ont été très prisées. L’once d’or se négocie 7% plus cher qu’en début de mois. Les taux d’emprunt d’Etat, et plus particulièrement allemands et américains, ont reculé respectivement à 0,19% et 2,23% pour le 10 ans. Sur le marché des changes, c’est le yen qui signe une envolée notable de 1,7% sur la semaine.

Le football italien s’internationalise

Un nouveau club de foot italien passe sous pavillon étranger, en l’occurrence chinois : le Milan AC de Berlusconi. Pour 740 millions d’euros, 99,93% des parts détenues par son holding sont cédées à Yonghong Li, dirigeant du groupe Rossoneri Sport Investment Lux. Après l’Inter de Milan devenu chinois il y a peu, et l’AS Roma américain, l’économie footballistique italienne, en perte de vitesse sur la scène européenne depuis des années, a tous les atouts aux pieds pour se repositionner.

Le secteur bancaire américain au sommet

Les banques américaines enregistrent des progressions incroyables comme en témoignent leurs résultats tout juste publiés pour JP Morgan et Citigroup (+17%). La banque d’investissement a tiré les profits vers le haut, mais c’est plus généralement l’environnement des taux et le contexte politique qui ravissent les investisseurs sur ces valeurs : remontée des taux, hausse de la volatilité, dérèglementation et baisses d’impôts à venir. Le rêve américain ?

Calendrier macro-économique

  • Toute la journée : Vendredi Saint (France, Etats-Unis et Allemagne).
  • 14h30 : indice des prix à la consommation (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : ventes au détail (Etats-Unis) ;
  • 16h00 : stocks des entreprises (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Partager l'article