Breakfast News | 17 mars 2020

La course au cash

Plus aucun actif ne monte, pas même les habituelles valeurs refuge telles que l’or (-6 % en un mois) ou les emprunts d’Etat (le taux de l’OAT à 10 ans sert désormais un rendement positif). C’est certainement ce constat qui traduit le mieux l’inquiétude actuelle des investisseurs, comme en 2008. Les investisseurs ne cherchent plus un placement (plus ou moins) sûr mais à récupérer des liquidités (du cash). D’autres sont en attente d’opportunités mais peu d’entre eux sont déjà cash. Dès lors, il convient (simplement ?) d’assurer cette liquidité des actifs…

Chacun son job

Les mesures prises par les banques centrales vont dans ce sens. Elles se sont fortement et rapidement mobilisées pour ne pas gripper le système financier mondial. Elles continueront à le faire. Tour à tour, elles ont annoncé des injections de liquidités dans le système monétaire, ont baissé leurs taux directeurs et ont mis en place de larges plans de rachat d’actifs. A l’échelle nationale, ce sont les gouvernements qui prennent le relais pour s’assurer que les entreprises ne manquent pas de liquidités (trésorerie) : report de charges sociales et fiscales, gel des remboursements de prêts et prise en charge des salaires notamment.

Dans l’attente du pic

Le manque de visibilité sur la « fin du tunnel » sanitaire entretient cette panique des investisseurs et assèche la liquidité des marchés. Sans préjuger de l’avenir, la sortie de la crise en Asie (Chine en tête) peut nous donner de l’espoir et une bonne raison d’acheter à bon compte, petit à petit. Car il reste le risque d’une relance de la contagion dans ces pays asiatiques… En restant optimistes, avec quelques semaines de décalage, il est raisonnable d’espérer le même sort pour l’Europe et les Etats-Unis.

Garder la tête froide

Les coupe-circuits ont à nouveau été activés hier à Wall Street : la Bourse de New York a suspendu ses cotations 15 minutes alors que les indices boursiers franchissaient -7 % en séance pour la troisième fois en six séances. En France, des valeurs du CAC 40 ne cotent plus pendant 3 minutes si l’indice franchit -8 % en séance. Ces mesures de sécurité se renforcent ces derniers jours. L’ESMA (l’Autorité européenne des marchés financiers) a notamment imposé une meilleure transparence (une déclaration plus rapide) des vendeurs à découvert (parieurs à la baisse d’un actif) sur leur tenue de positions.

Dans le reste de l’actualité

Air France-KLM gèle 70 à 90 % de son activité pour les deux prochains mois.
Apple est condamné à payer une amende de 1,1 milliard d’euros en France – la plus forte amende prononcée par le gendarme français de la concurrence – pour pratiques anticoncurrentielles.
Les banques américaines gèlent leur programme de rachat d’actions.

Calendrier macro-économique

10h30 : taux de chômage (Royaume-Uni)
11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne)
11h00 : indice ZEW du sentiment économique (zone euro)
13h30 : ventes au détail (Etats-Unis)
14h15 : production industrielle (Etats-Unis)
15h00 : rapport JOLTS sur les nouvelles offres d’emploi (Etats-Unis)

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux