Breakfast News | 28 novembre 2023

Investissements massifs

Les investissements publics comme privés explosent aux Etats-Unis : +12 % depuis le premier trimestre 2021 (contre +2 % en Allemagne par exemple). Plus largement, depuis 2008, les investissements rapportés à chaque habitant ont bondi de 22 % outre-Atlantique, contre seulement 2 % en zone euro. Encore récemment, les Etats-Unis redoublent d’investissements, notamment dans l’industrie qui attire 200 millions de dollars chaque mois depuis mars dernier. Cette politique budgétaire très agressive s’explique en partie par la course disputée avec la Chine pour la domination économique mondiale. Il n’en reste pas moins que le déficit budgétaire américain commence sérieusement à glisser (autour de 8 % du PIB cette année selon le FMI).

Le parcours du dollar

La devise américaine a fortement fluctué face à l’euro (et bien d’autres monnaies) en deux ans. De 0,82 euro fin 2020, le dollar s’est apprécié jusqu’à 1,03 euro à l’automne 2022 et vaut aujourd’hui presque 0,9 euro. Le marché des changes est le marché multifactoriel par excellence. Ses mouvements sont donc difficiles à expliquer simplement, toutefois ses fluctuations s’enracinent dans deux piliers macro-économiques majeurs : la politique monétaire et la croissance économique réelle – corrigée de l’inflation.

L’évolution passée de ces piliers…

Début 2022, la FED initiait son resserrement monétaire et la BCE lui emboitait le pas. Ainsi, depuis 18 mois, le différentiel de taux a toujours été favorable aux Etats-Unis, attirant les flux en relatif par rapport à l’Europe. La croissance économique, quant à elle, a mieux résisté outre-Atlantique, attirant une nouvelle fois les flux et faisant monter le dollar face à l’euro.

Leur évolution future

Les marchés évoluent toujours avec un coup d’avance de plus ou moins six mois. Quelles sont donc les anticipations des investisseurs ? Une forte décélération de la croissance américaine  –  tandis que son miroir européen restera atone – assortie des premières baisses de taux directeurs de la part de FED, avant la BCE. De fait, par anticipation des investisseurs, le dollar s’est fortement déprécié depuis le début de l’année, avec une accélération depuis deux mois, passant de 0,95 euro à 0,9 euro aujourd’hui. D’autres facteurs comme les tensions géopolitiques, la politique budgétaire et la micro-économie affectent également l’évolution de la parité dollar/euro, mais la tendance est bien celle décrite.

Dans le reste de l’actualité

Anne Hidalgo quitte X, ex-Twitter, un « vaste égout mondial » selon ses termes.

La préfecture de l’Hérault sera la plus grande métropole européenne à instaurer la gratuité de ses transports en commun.

Joe Biden fait l’impasse sur la COP28 de Dubaï.

Calendrier macro-économique

08h00 : confiance des consommateurs (Allemagne)

16h00 : confiance des consommateurs (Etats-Unis)

Partager l'article