Breakfast News | 4 juillet 2017

Moins de sanctions en 2016

Loin des rythmes de 2014 et 2015 dépassant le milliard d’euros par an, les sanctions prononcées par l’Autorité de la concurrence ont été beaucoup moins lucratives en 2016 : 203,2 millions d’euros. Clémence de la part de l’institution ou assagissement des entreprises ? Outre le changement, l’an passé, de présidence – de Bruno Lasserre à Isabelle de Silva – à la tête de l’Autorité de la concurrence, ce sont surtout les faibles volumes d’affaires des récents dossiers qui expliquent le recul (en valeur) des sanctions en 2016.

Le programme de Merkel pour son prochain mandat

En septembre, Angela tentera pour la quatrième fois d’être réélue Chancelière. Ses ambitions et le début de son programme : baisse du chômage de 5,5% aujourd’hui à 3% en 2025 (plein-emploi), allègement de 15 milliards d’euros sur 4 ans pour les impôts sur les revenus modestes et moyens, embauche de 15 000 nouveaux policiers pour la sécurité,vote d’une loi sur l’immigration instaurant un plafond maximal de demandeurs d’asile accueillis, investissements dans le numérique et l’industrie. Pour la partie « cadeaux », elle sera en partie financée par l’excédent budgétaire.

L’avertissement de l’AMF

Chaque année, l’AMF établit un bilan des dangers courus par les marchés financiers. Cette année, le risque d’une « correction brutale sur les marchés » a apparemment augmenté. En cause dans le rapport : une décorrélation entre volatilité et risque géopolitique, des PER trop élevés (surtout aux Etats-Unis) et un endettement des sociétés françaises qui est passé de 50 à 70% du PIB national sans observer de répercussion notoire sur l’investissement. « On ne comprend pas bien la hausse des valorisations des actions » (Stéphane Gallon, chef économiste de l’AMF).

Calendrier macro-économique

  • Toute la journée : Journée de l’Indépendance (Etats-Unis) ;
  • 10h30 : indice PMI de la construction (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : prix à la production (zone Euro).

Benjamin Frazer

Partager l'article