Breakfast News | 20 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Ghosn is gone

Nissan et Mitsubishi n’ont pas attendu le jugement. Carlos Ghosn sera limogé, l’annonce officielle est attendue pour jeudi. Côté français, le Conseil d’administration de Renault se réunira dans les prochains jours. Pour rappel, l’Etat français est présent à hauteur de 15 % dans son capital. Hier, le titre en Bourse a perdu plus de 8 %, celui de Nissan plus de 5 % et celui de Mitsubishi, plus de 6 %.

De la cherté de l’éducation américaine

A fin septembre, la dette étudiante américaine représente 1 440 milliards de dollars de prêts, soit 11 % de l’endettement total des ménages américains. Au trimestre précédent, 37 nouveaux milliards ont été octroyés. A ce jour, 11,5 % de ces crédits étudiants accusent un retard de remboursement de plus de 3 mois ou sont en défaut de paiement.

Le double plongeon de Vallourec

-32,17 % vendredi et -27,34 % hier : la sanction est très lourde en Bourse pour le spécialiste français des tubes pour l’industrie pétrolière Vallourec qui publiait ses résultats trimestriels jeudi dernier. Sur le trimestre, le chiffre d’affaires est ressorti stable, à 961 millions d’euros, quand la perte nette a atteint 92 millions d’euros. Le résultat brut d’exploitation est positif de 61 millions d’euros depuis le début de l’année, mais l’objectif de retour à une rentabilité durable est quelque peu compromis par des sorties de trésorerie significatives (-571 millions d’euros depuis le début de l’année). Et le manque de visibilité sur l’industrie pétrolière – cours du baril notamment – n’aide en rien.

La Grèce décompresse un peu

Le pays affiche désormais de bonnes performances budgétaires avec un excédent primaire (avant paiement du service de la dette) au-delà des 3,5 % de son PIB exigés par ses créanciers. Le gouvernement grec s’apprête donc à demander, lors de la réunion de l’Eurogroupe du 3 décembre prochain, la suspension de la mesure votée en 2017 prévoyant une nouvelle baisse des pensions de retraite en 2019.

Dans le reste de l’actualité

Le chômage ne reflue toujours pas en France, l’Insee l’annonce à 9,1 % au troisième trimestre.

Selon un sondage OpinionWay, 45 % des Français citent le niveau des impôts et des taxes parmi leurs préoccupations premières. Alors tout va bien.

Le London Stock Exchange va délocaliser à Milan ses activités de trading sur la dette d’Etat européens.

« L’alliance Keolis – RATP Dev remporte le marché du CDG Express » (Les Echos).

Calendrier macro-économique

08h00 : prix à la production (Allemagne)

12h00 : enquête CBI de conjoncture dans l’industrie (Royaume-Uni)

14h30 : permis de construire et mises en chantier (Etats-Unis)

Breakfast News | 19 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Fiscalité du capital : la France rattrape son retard

En 2016, une entreprise cotée française devait générer 270 de revenus bruts pour délivrer 100 nets à ses actionnaires. La réforme de la fiscalité de 2017, qui fixe notamment l’imposition des plus-values mobilières à 30 % pour tous, favorise le retour de l’attractivité française par rapport à ses homologues européens. Selon l’Association française des marchés financiers (Amafi), ces revenus bruts tomberont à 213 en 2018 et 204 en 2022 pour délivrer la même rentabilité à l’actionnaire (100 nets). De leurs côtés, les entreprises cotées allemandes et britanniques doivent aujourd’hui générer respectivement 193 et 199 de revenus bruts. On y est presque…

Aucune avancée à l’Apec

A l’issue de leur Sommet, les 21 dirigeants des pays de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec) n’ont pas réussi à s’entendre sur un communiqué commun. C’est une première dans l’histoire de l’Apec. En cause bien sûr, les différents sino-américains avec des présidents, Trump et Xi, arcboutés sur leurs positions. Le ton est donné pour le Sommet du G20 le 30 novembre prochain.

Les robots-taxis arrivent

C’est une des dernières étapes avant la commercialisation (de masse) pour Waymo, la filiale de conduite autonome d’Alphabet. Dès le mois prochain, dans la région de Phoenix en Arizona, vous pourrez commander une voiture taxi autonome sans vrai pilote à bord ! C’est une avancée car jusqu’ici les véhicules autonomes de Waymo étaient en test gratuit auprès de 400 personnes depuis avril 2017. Ils étaient toujours accompagnés de pilotes en chair et en os. Par ailleurs, afin d’accélérer son développement, Waymo a fait l’acquisition de 82 000 véhicules supplémentaires contre une flotte de seulement 600 automobiles jusqu’ici.

Dernier discours de Draghi

A l’occasion de sa dernière intervention à la Conférence bancaire européenne, avant la fin de son mandat l’an prochain, le Président de la BCE a reconnu que les incertitudes à moyen terme s’étaient accrues. Pour autant, il ne stoppera le programme d’achats d’actifs de l’institution prévu pour décembre.

Dans le reste de l’actualité

Luigi Gubitosi, actuel administrateur d’Alitalia et ex-dirigeant de Wind Telecommunications, prend la tête de Telecom Italia après le limogeage d’Amos Genish.

La dette de Paris a explosé sous l’ère Hidalgo entamée en 2014.

Calendrier macro-économique

Nothing. Nichts. Nada. Niente.

Breakfast News | 16 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Brexit ou pas Brexit ?

Telle est la question. Chaque jour est une épreuve pour Theresa May. Après avoir obtenu un accord avec l’UE et le feu vert de son gouvernement, hier, elle a dû faire face à plusieurs démissions au sein de ses équipes, à trois heures de critiques devant le Parlement et à l’initiative du député Rees-Mogg qui prône son renversement. Ce dernier devra réunir 48 soutiens parlementaires pour présenter ce vote de défiance. L’issue d’un no deal britannique revient donc sur le devant de la scène. Résultat, hier, la livre sterling reculait de 1,68 % face au dollar et de 1,83 % face à l’euro.

La déclaration de Poutine sur le pétrole

Hier, le président russe, en déplacement à Singapour, indiquait qu’un baril à 70 dollars conviendrait parfaitement à la Russie et, toujours selon Poutine, à Trump. Ces derniers jours, le baril de Brent cotait un peu en-dessous de ce niveau. Pour le moment, la Russie ne semble pas ouverte aux propositions de réduction de la production mondiale émises par l’Opep dimanche dernier.

Retour de la volatilité sur les crypto-monnaies

La décomposition du Bitcoin Cash en deux est probablement l’une des raisons ayant mené aux sévères décalages de cours observés sur le marché des crypto-monnaies. Mercredi, elles chutaient de 10 à 20 % en moyenne avant de se stabiliser un peu hier. Le bitcoin est revenu sur les 5 600 dollars, enfonçant les plus bas niveaux de l’année. En moyenne, les autres crypto-monnaies ont baissé d’au moins autant, en raison notamment du manque de liquidité sur les plus petites qui sont, par nature, moins liquides.

Le dialogue sino-américain reprend

Après plusieurs mois de bouderie, Pékin a répondu cette semaine à Washington sur ses demandes préalables à la reprise des négociations commerciales entre les deux pays. La réponse de Pékin s’articule autour de trois points : les mesures sur lesquelles elle est prête à négocier, celles sur lesquelles elle travaille déjà et celles qui ne seront pas négociables. La réouverture du dialogue est une bonne nouvelle à deux semaines d’une rencontre entre les deux Chefs d’Etat.

Dans le reste de l’actualité

« Plus belle la revue », une revue trimestrielle autour de la série « Plus belle la vie » sera lancée dès la semaine prochaine !

Pour récupérer de l’argent, le gouvernement grec prévoit de privatiser des centaines de sites historiques.

Calendrier macro-économique

11h00 : indice des prix à la consommation (zone euro)

15h15 : productions industrielle et manufacturière (Etats-Unis)

Breakfast News | 13 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Croissance et pouvoir d’achat

La Banque de France s’aligne sur l’Insee en ce qui concerne les prévisions de croissance française pour le dernier trimestre de l’année : +0,4 %, après une croissance respective de +0,2 %, +0,2 % et +0,4 % pour les trois premiers trimestres (+1,6 % sur l’année). En cette fin d’année, le bénéfice de la suppression des cotisations chômage pour les salariés et la baisse d’un tiers de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages sur le pouvoir d’achat reste incertain. A ce jour, les instituts de prévisions estiment à 1,3 % le gain de pouvoir d’achat sur l’année.

La fausse bonne opération de BlaBlaCar sur Ouibus ?

Pourvu que cette acquisition ne devienne pas un boulet pour notre champion national et numéro 1 européen. Car rappelons le, en 2017, Ouibus c’est 36,1 millions d’euros de perte nette pour un chiffre d’affaires de 55,3 millions d’euros. Le montant de l’opération n’est pas communiqué, mais BlaBlaCar lance parallèlement une levée de fonds de 101 millions d’euros dont un des investisseurs de référence sera la SNCF…

Softbank veut rassurer ses créanciers

Softbank s’apprête à lever 19 milliards d’euros en cédant 37 % de sa filiale de téléphonie mobile japonaise. En parallèle et sous réserve de l’accord des autorités américaines, SoftBank compte vendre son opérateur télécoms américain Sprint à son concurrent T-Mobile. Ces opérations répondent à un double objectif : la réduction de la dette du groupe et l’augmentation de sa capacité d’investissement dans les nouvelles technologies plutôt que dans les opérateurs téléphoniques traditionnels.

Ça baisse à nouveau

Après un mois d’octobre compliqué pour les marchés financiers mondiaux, novembre avait commencé par un rebond sur fond de résultats des élections de mi-mandat en ligne avec les attentes des opérateurs : à savoir un Congrès divisé entre Démocrates et Républicains. Hier, les marchés sont repartis à la cave, effaçant le positif du début de mois. La baisse nous est venue des valeurs technologiques américaines : le Nasdaq perdait hier 2,78 %.

Dans le reste de l’actualité

Les Français sont les Européens les moins attachés au cash (pièces et billets), seuls 17 % d’entre eux le préfèrent à un autre moyen de paiement.

Jean-Pierre Pernaut nous avait manqué. Nous saluons son retour au journal de 13h sur TF1.

« Natixis Investment Managers se lance dans les fonds thématiques » (Les Echos).

Calendrier macro-économique

08h00 : indice des prix à la consommation (Allemagne)

10h30 : taux de chômage (Royaume-Uni)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (zone euro)

Breakfast News | 12 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Le Big Brother moderne

Le fisc va bientôt pouvoir scruter notre vie privée, ou du moins la partie que nous partageons sur les réseaux sociaux. Cette nouvelle a fait du bruit sur… les réseaux sociaux ! Dans la pratique, pour étayer d’éventuels soupçons de fraude fiscale, l’Etat comparera nos revenus réels au train de vie traduit par les photos Facebook & Co. Oubliez le selfie devant la belle voiture de tonton !

Brexit : dernière ligne droite ?

Le jour décisif approche, celui où May déclarera qu’un accord a été trouvé avec l’UE. Il est vrai que 95 % du texte ne pose plus de problème pour les deux parties. Un seul sujet persiste : le backstop. Ce mécanisme de secours s’appliquerait pour assurer la fluidité des échanges entre les deux Irlande, si les deux parties tardaient à trouver un accord à l’issue de la période de transition fin 2020.

L’Arabie Saoudite contre-attaque

Le royaume a peu apprécié le dernier rebondissement sur le pétrole iranien, à savoir l’exemption de sanctions américaines pour bon nombre d’importateurs de ce concurrent direct. Cette décision de l’administration américaine avait pour but de limiter la hausse du prix du baril en autorisant la mise sur le marché d’une plus grande quantité de pétrole iranien. Pari réussi. Les prix ont reculé de près de 20 % le mois dernier. Résultat, l’Arabie Saoudite, dont la stratégie est inverse, a décidé unilatéralement de baisser sa production (pour faire monter les prix). La Russie va faire de même. La prochaine réunion de l’Opep, le 5 décembre prochain, promet !

Le marché auto chinois inquiète

Pour la première fois en 30 ans, l’industrie automobile chinoise pourrait reculer cette année. Avec les ventes de voitures neuves en recul de 11,7 % sur le mois d’octobre, 2018 affiche -0,1 %. Le secteur pèse lourd dans l’économie chinoise (et donc mondiale). La question est de savoir si, pour soutenir la demande, Pékin mettra en place un nouveau plan de relance, comme cela avait été fait, avec succès, en 2009 et 2015.

Dans le reste de l’actualité

Meredith Corporation revend le magazine Fortune à Chatchaval Jiaravanon, un magnat thaïlandais.

BrokerTec, une des plus importantes plateformes électroniques de trading interbancaire, quitte Londres pour Amsterdam.

Selon le nouveau slogan de la Société Générale, « C’est vous l’avenir ».

Calendrier macro-économique

Nothing. Nichts. Nada. Niente.

Breakfast News | 9 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Paris, nouvelle capitale de l’or ?

La Banque de France dévoile qu’elle a autorisé, en début d’année, l’ouverture d’un compte or pour JP Morgan, le leader mondial du marché de l’or, afin de faciliter ses transactions sur l’actif. La Banque de France envoie ainsi un message fort aux banques centrales et commerciales étrangères dont les réserves d’or transitent pour beaucoup par la Banque centrale d’Angleterre (BoE) pour tous types d’opérations (ex. : stockage et prêt). Désormais, l’institution française proposera des services de dépôts rémunérés, de swaps contre devises et de prêt d’or.

La réponse de Tesla à la SEC

En août dernier, Elon Musk postait un tweet annonçant le retrait de la cote de Tesla. Ce comportement n’était pas passé inaperçu auprès de la SEC (l’autorité des marchés financiers américaine) qui le menaçait d’une interdiction à vie d’exercer des fonctions de dirigeant d’entreprise cotée. Fin septembre, Elon Musk acceptait donc de céder sa fonction de Président pendant au moins trois ans. C’est chose faite aujourd’hui. Robyn Denholm, actuelle directrice financière de la société de télécommunication australienne Telstra, prend la tête de Tesla.

Coup de frein sur l’investissement des industriels français

En juillet dernier, l’Insee révélait que les industriels français comptaient augmenter leurs investissements de 4 % sur l’année. Aujourd’hui, ils comptent les baisser de 1 %. Le secteur de l’automobile, en manque de visibilité internationale et confronté à la nécessité de se conformer à la nouvelle norme européenne d’homologation des véhicules, est le plus touché par ce recul des investissements.

Maintien du cap pour la Fed

Hier, la banque centrale américaine faisait un état de la situation au lendemain des midterms. D’après elle, le contexte économique reste très bon : le chômage poursuit sa baisse et la consommation des ménages se maintient. Comme anticipé par les marchés, elle devrait relever ses taux en décembre et à plusieurs reprises dans le courant de l’année prochaine.

Dans le reste de l’actualité

Christine Lagarde dans les Echos : « Les élites n’ont pas conscience de ce qui se passe. »

Le bavarois Manfred Weber prend la tête du Parti populaire européen (PPE) en vue des élections européennes de mai 2019.

Les Echos vont racheter Boursier.com.

Calendrier macro-économique

08h45 : production industrielle (France)

10h30 : investissement des entreprises (Royaume-Uni)

10h30 : balance commerciale (Royaume-Uni)

10h30 : productions industrielle et manufacturière (Royaume-Uni)

14h30 : prix à la production (Etats-Unis)

16h00 : indice Michigan de confiance des consommateurs (Etats-Unis)

Breakfast News | 7 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Elections de mi-mandat : pas de jaloux

Comme prévu, les Démocrates ont récupéré la Chambre des représentants tandis que les Républicains gardent le Sénat. Le principal concerné, qui s’en félicite sur son réseau social favori, échappe donc au vote sanction. Pour autant, ses ambitions, notamment sur les réformes domestiques, seront forcément freinées par un Congrès divisé. Ce dénouement à mi-mandat plaît bien aux marchés qui poursuivent leur rebond ce matin.

Encore de beaux jours pour les GAFA en Europe

L’application de la taxe européenne sur les géants du numérique américains n’aura pas lieu en 2019, mais, au mieux, fin 2020. Le prochain rendez-vous pour la valider est fixé au 3 décembre. Bruno Le Maire, qui porte ce projet pour la France, a cédé face aux réticences de l’Allemagne, l’Irlande, le Danemark et la Suède qui craignent les représailles américaines notamment. En attendant, d’ici son entrée en vigueur, il n’y a aucune chance de voir émerger des champions européens du numérique…

Le Japon s’ouvrerait-il aux travailleurs étrangers ?

Historiquement très fermé à l’immigration, le Japon est pourtant confronté au phénomène grandissant du  vieillissement de sa population et de la pénurie de main d’œuvre qui entrave sa croissance. En septembre, le chômage est tombé à 2,3 % ! Le gouvernement vient de présenter un projet de loi proposant de nouveaux types de visa (très sélectifs) pour accueillir les travailleurs étrangers.

La fiscalité des crypto-monnaies évolue

Aujourd’hui les plus-values sur les crypto-monnaies sont soumises à la même fiscalité que les biens meubles (36,2 %). Selon les Echos, début 2019, entrera en vigueur une fiscalité qui s’alignera à la flat tax de 30 % pour toutes les valeurs mobilières. Les levées de fonds en crypto-monnaies – initial coin offerings (ICO) – bénéficieront quant à elles d’un report de fiscalité.

Dans le reste de l’actualité

Les Français boivent de moins en moins d’alcool : sur un an, les achats ont diminué d’un litre par ménage contre cinq litres sur les dix dernières années cumulées.

Dmitri Rybolovlev, le Président de l’AS Monaco, est placé en garde à vue pour corruption et trafic d’influence.

Calendrier macro-économique

08h00 : production industrielle (Allemagne)

09h30 : indice des prix immobiliers (Royaume-Uni)

11h00 : ventes au détail (zone euro)

16h30 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis)

Breakfast News | 6 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

L’ouverture du marché chinois remise aux calendes grecques ?

Beaucoup d’investisseurs étrangers comme domestiques s’attendaient à mieux de la part du Président chinois à l’occasion de la première grande foire aux importations qui se tient à Shanghai jusqu’à la fin de semaine. Ce dernier est resté très évasif sur l’ouverture économique du pays aux entreprises étrangères et n’a annoncé aucune nouvelle mesure de relance pour soutenir sa croissance domestique. Il s’est contenté de « promettre » de nouvelles baisses des droits de douane et de dépenser davantage en biens étrangers…

Uber veut fidéliser

A quelques mois de son introduction en Bourse, Uber joue la carte de la fidélisation et de l’assurance de revenus réguliers à travers le lancement d’un test sur 5 grandes villes américaines de son programme d’abonnement. Pour 15 dollars par mois, la plateforme garantit la facturation des courses au prix de base et prend en charge tout dépassement. Cette nouvelle offre va lui permettre de concurrencer directement l’américain Lyft dont le forfait mensuel à 299 dollars donne droit à 30 trajets de 15 dollars maximum.

Retour à la normale dans les fintechs

Au niveau mondial, les start-up du secteur de la finance connaissent un fort engouement depuis le début de l’année avec, au 2ème trimestre, une explosion des levées de fonds générée par les 14 milliards de dollars bouclés par Ant Financial (filiale d’Alibaba). Sur cette période, 20,6 milliards de dollars ont été levés contre une moyenne trimestrielle de 4,5 milliards en 2017. Le 3ème trimestre 2018 signe le retour à la moyenne, à 5,6 milliards de dollars, enregistrant « seulement » 375 levées contre 387 et 402 pour le 1er et 2ème trimestre.

Les marchés sourient à Bolsonaro

Depuis l’élection de Jair Bolsonaro le 28 octobre dernier, les marchés brésiliens restent très haussiers. Les réformes attendues du nouveau chef de gouvernement sur les retraites, le déficit budgétaire et les privatisations ont permis à l’indice Bovespa de progresser de 12 % en devise locale et de 21 % en dollar en octobre.

Dans le reste de l’actualité

Annegret Kramp-Karrenbauer, secrétaire générale de la CDU, et Friedrich Merz, ancien chef du groupe parlementaire des Chrétiens-Démocrates, prennent la tête de la course à la succession de Merkel au sein de la CDU.

Le procès du siècle, de Joaquin Guzman dit El Chapo, s’est ouvert hier et est déjà pressenti comme le procès qui coûtera le plus cher des Etats-Unis (50 millions de dollars estimé).

Calendrier macro-économique

08h00 : commandes à l’industrie (Allemagne)

09h50 : indices des services et composite (France)

09h55 : indices des services et composite (Allemagne)

10h00 : indices des services et composite (zone euro)

11h00 : prix à la production (zone euro)

16h00 : rapport JOLTS sur les offres d’emploi (Etats-Unis)

Breakfast News | 5 novembre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Octobre rouge

Malgré les fortes baisses enregistrées sur les marchés, octobre 2018 n’a pas atteint la cote d’alerte des mois d’octobre 2008, 1987 ou 1929. Dividendes réinvestis, le CAC 40 a baissé de 7,23 %, le DAX 30 de 6,53 % et la référence grandes caps de la zone euro (Euro Stoxx 50) de 5,85 %. Les petites capitalisations ont encore plus souffert, à l’image du CAC Mid & Small (-7,89 %). Les bonnes publications de certains ténors de la cote (Facebook et General Motors aux Etats-Unis et L’Oréal et Airbus en France) ont permis de regagner quelques points en fin de mois. Aujourd’hui encore, les fondamentaux micro-économiques restent donc bons.

Veille d’élections de mi-mandat aux Etats-Unis

A l’issue de 30 meetings présidentiels qui ont éclipsé les véritables candidats au Congrès, le scrutin de demain ressemble à un géant baromètre de confiance envers Trump. Aujourd’hui, si l’on devait juger ses réformes votées au regard de ses promesses de campagne, on pourrait dire qu’il a globalement fait le job. Sur la fiscalité d’abord, la réduction d’impôts est au rendez-vous pour les entreprises comme pour les particuliers. Sur le plan des relations commerciales, il a réussi à tordre le cou à certains de ses partenaires, mais le plus dur reste à faire (face à la Chine). Concernant la dérégulation, elle a bien eu lieu sur l’environnement avec la sortie de l’Accord de Paris, mais reste encore limitée dans le secteur financier. Sur le plan juridique, Trump a réussi à faire pencher durablement la Cour suprême côté républicain. Toutefois, il reste aujourd’hui en échec sur trois dossiers : le mur à la frontière mexicaine, le plan d’infrastructures et la refonte totale de l’Obamacare.

Les banques européennes résistent mieux qu’en 2016

L’édition 2018 des stress tests s’est clôturée vendredi sur un succès. Cette année, l’Autorité bancaire européenne (ABE) a exclu de l’échantillon les plus petites banques (ex : l’italienne Monte dei Paschi). Toutefois, le test est resté représentatif puisqu’il a porté sur 70 % des actifs bancaires de l’UE. Sur les conditions économiques, l’ABE a revu sévèrement son scénario. Résultat : les 33 banques de la zone euro présentées au test ont globalement réussi. Leur ratio de fonds propres se dégrade moins que dans le scénario moins dur de 2016, ce qui témoigne de leur robustesse. Les banques les plus fragiles ont été Barclays, Banco BPM, Lloyd Banking Group et Nord/LB ; les plus solides sont nordiques (Svenka Handelsbanken, Swedbank, Bank Nederlandse Gemeenten et NRW.Bank).

Les sanctions sur l’Iran refluent

La deuxième vague de sanctions contre les exportations de pétrole iranien entre en vigueur aujourd’hui. Au final, elles seront très limitées car 8 pays garderont le « droit » d’importer du pétrole iranien : l’Inde, la Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Turquie et trois autres non dévoilés. Ces pays acheteurs couvrent la quasi-intégralité des exportations iraniennes à ce jour, l’Europe ayant arrêté d’importer plus tôt dans l’année. Deux raisons au recul de l’administration américaine sur ces sanctions : ne pas se mettre à dos ses alliés en Asie et ne pas tirer les prix du pétrole trop haut.

Dans le reste de l’actualité

Après une légère baisse en 2016, « l’usage de pesticides est reparti à la hausse en 2017 » (Les Echos).

Du marketing pour investisseurs : dorénavant Apple ne communiquera plus sur ses volumes de ventes (en baisse) mais uniquement sur ses revenus (en hausse).

Calendrier macro-économique

10h30 : indice PMI des services (Royaume-Uni)

15h45 : indice PMI des services et composite de Markit (Etats-Unis)

16h00 : indice PMI non manufacturier de l’ISM (Etats-Unis)

Breakfast News | 30 octobre 2018

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

La fin prochaine de l’ère Merkel

La défaite sur le scrutin en Hesse du week-end dernier est probablement la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Hier, Merkel a annoncé qu’elle ne se représenterait pas à la tête du parti lors du prochain congrès des 7 et 8 décembre. La secrétaire générale de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer, le Ministre de la santé Jens Spahn et l’ancien chef du groupe parlementaire de la CDU Friedrich Merz se lancent dans la course à la présidence du parti. Toutefois, Merkel ira jusqu’à la fin de son mandat de chancelière, mais ne se représentera pas non plus à l’occasion des prochaines élections présidentielles.

La taxe GAFA britannique

Là où les Européens peinent encore à s’accorder, entre l’Irlande qui met son veto et l’Allemagne qui craint les représailles américaines, Londres vient d’accoucher d’un plan de taxation des GAFA avec une assiette d’imposition fort simple : le chiffre d’affaires des géants du net réalisé sur le sol britannique. Les premières recettes (400 millions de livres par an) sont attendues pour avril 2020.

Les constructions reculent en France

En France, la tendance observée depuis le mois de février s’est confirmée en septembre. Les mises en chantier et la délivrance de permis de construire ont reculé respectivement de 7,9% et 10,2% au troisième trimestre par rapport à la même période en 2017. La suppression de la taxe d’habitation et les demandes d’économies du gouvernement n’encouragent pas les communes à délivrer des permis.

Trump n’aime pas la Fed

Ce n’est pas nouveau et il le redit tout haut à l’approche des élections de mi-mandat. Déjà impopulaire aux yeux des Américains, de par son opacité notamment, Trump tiendra la Fed pour responsable du possible essoufflement de la croissance américaine si l’institution continue à remonter ses taux à chaque bonne nouvelle. Ainsi, il se couvre en cas de retournement de l’économie américaine : ce sera la faute de la Fed, pas de sa politique… Habile le Donald.

Dans le reste de l’actualité

Hier matin, la Bourse de Paris a rencontré un problème de cotation, Euronext a retardé d’une heure  l’ouverture habituelle (09h00).

La non dégradation de la note de l’Italie par l’agence de notation S&P a permis au taux à 10 ans italien de se détendre nettement hier (-14 points de base).

L’Insee a publié une croissance française de 0,4 % pour le troisième trimestre contre 0,2 % les deux trimestres précédents. Waouh !

Londres relève ses prévisions de croissance à 1,6 % pour 2019 contre 1,3 % précédemment attendu.

Calendrier macro-économique

07h30 : croissance du PIB (France)

09h55 : taux de chômage (Allemagne)

11h00 : confiance des consommateurs (zone euro)

11h00 : croissance du PIB (zone euro)

11h00 : climat des affaires (zone euro)

14h00 : indice S&P/CS Composite-20 des prix des logements (Etats-Unis)

14h00 : croissance du PIB (Allemagne)

15h00 : confiance des consommateurs (Etats-Unis)