Breakfast News | 25 juillet 2017

Excès d’orgueil ou réel intérêt

Trop tôt pour juger. Le DG de Ryanair, Michael O’Leary, a annoncé hier – en marge du commentaire sur les résultats de sa compagnie au deuxième trimestre et de la baisse à venir de 9% de ses billets – le lancement d’une offre de rachat « amicale » de la compagnie italienne Alitalia. Un low cost qui rachète un leader national ? Pourquoi pas, d’autant que les synergies sont visibles : plus de créneaux pour son activité, bouquet de vols court- et long-courrier. D’autres compagnies se sont également manifestées, notamment Lufthansa et Etihad.

La couverture étudiante en question

« Inefficaces et dispendieuses » selon notre Président, les sécurités sociales étudiantes sont en passe de disparaître au profit du régime général ou autres régimes (ex : MSA et RSI). Les syndicats étudiants ne s’expriment pas d’une seule voix sur le dossier.

Les bénéficiaires de la reprise économique

Il ne s’agit pas des Etats-Unis dont les prévisions de croissance ont été revues à la baisse par le FMI, à +2,1% en 2017 et 2018, loin des 3% du programme de relance Trump. On ne parle pas non plus du Royaume-Uni dont la visibilité sur le développement est entachée par l’aboutissement encore lointain du Brexit et dont les prévisions de croissance sont de +1,7% cette année et +1,5% en 2018. Le Japon est aussi à la peine, à +1,3% en 2017 et +0,6% en 2018. Les bénéficiaires sont… tous les autres ! Avec des prévisions qui sont toutes revues à la hausse. L’Inde continue d’impressionner : +7,2% en 2017 et +7,7% en 2016. La zone Euro sort petit à petit par le haut : Allemagne, Espagne, France et Italie en tête. La Chine surprend aussi malgré un ralentissement attendu l’année prochaine : +6,7% en 2017 et +6,4% en 2018. La Russie préserve son rythme de +1,4% sur les deux années à venir. Enfin, le Brésil, bien qu’enclin à de nouvelles secousses politiques, sort de la récession : +0,3% en 2017 et +1,3% en 2018.

Tensions au sein de l’OPEP

A l’heure où la croissance de l’Arabie Saoudite est attendue nulle pour cette année par le FMI, la réunion des principaux producteurs de pétrole hier à Saint Pétersbourg était l’occasion de mettre les points sur les i. Avec une économie encore dépendante de l’or noir, l’Arabie Saoudite va réduire davantage sa production afin de faire remonter le prix du baril. Le problème est le respect des quotas par ses homologues dans le monde, Emirats Arabes Unis et Irak en tête. Ils sont accusés de profiter de l’effort de réduction de la production pour en fournir davantage au marché à bon compte.

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : indice des prix à l’importation (Allemagne) ;
  • 10h00 : climat des affaires (Allemagne) ;
  • 12h00 : enquête CBI de conjoncture dans l’industrie (Royaume-Uni) ;
  • 15h00 : indice des prix des logements (Etats-Unis) ;
  • 16h00 : confiance des consommateurs (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 13 juillet 2017

Yellen change de discours et rassure

Changement de baromètre d’inquiétude pour la Fed : « l’économie en surchauffe » tant décriée jusqu’ici n’est plus de mise. Yellen s’est félicitée d’une économie en bonne santé et créatrice d’emplois. Maintenant, le regard se porte davantage sur le comportement de l’inflation qui tarde à accélérer. Par ailleurs, Yellen a surpris les opérateurs de marché en annonçant que les taux n’augmenteraient pas « tant que ça » à l’avenir. Par ailleurs, elle a rappelé que le dégonflement du bilan de la Fed serait très progressif et débuterait normalement dès la fin de l’année. Cette audition semestrielle de la Présidente de la Fed a fait bondir les marchés d’actions : +0,73% pour le S&P 500 et +1,59% pour le CAC 40.

L’outil anti-OPA de l’Allemagne

L’Allemagne fait évoluer sa réglementation sur les prises de participation de sociétés hors UE sur ses entreprises nationales. Sont concernés les secteurs stratégiques tels que l’énergie et l’informatique. Ce dispositif de défense de l’industrie allemande 4.0 permettra de limiter à 25% le capital détenu par un groupe hors UE si un danger sur « l’ordre public » ou la « sécurité » du pays était décelé. La période d’examen des dossiers d’OPA doublera également pour ces secteurs.

Google passe entre les gouttes

Google ne s’acquittera pas de 1,115 milliard d’euros auprès du fisc français. Le Tribunal Administratif a tranché : « la société irlandais Google Ireland Limited (GIL) n’est pas imposable en France sur la période de 2005 à 2010. » Lui était en effet reprochée d’enregistrer des prestations publicitaires en Irlande alors qu’elles étaient réalisées en France. Pas de surprise toutefois sur cette décision, Google n’est pas la première, et ne sera pas la dernière, à agir en quasi-franchise d’impôt en France. Rappelons aussi que Google n’a payé que 6,7 millions d’euros au fisc français en 2015 au titre de l’impôt sur les sociétés…

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : indice des prix à la consommation (Allemagne) ;
  • 08h45 : indice des prix à la consommation (France) ;
  • 14h30 : prix à la production (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : inscriptions hebdomadaires au chômage (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : indice des prix des logements neufs (Canada) ;
  • 16h00 : audition de la Présidente de la Fed (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 12 juillet 2017

Tel père, tel fils

Twitter est décidément le canal de communication favori de la famille Trump. Alors que le scandale autour de l’ingérence russe dans les élections présidentielles américaines bat son plein, de nouvelles révélations publiques viennent l’alimenter. Dans un copié-collé sur Twitter, Donald Trump Jr. dévoile son échange d’e-mails avec un proche de Poutine lui proposant de divulguer des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Le père « applaudit la transparence » du fiston. Une famille qui ne doute de rien, la preuve ci-après…

Trump toujours à contre-courant

L’International Entrepreneur Rule est un régime de visa particulier, voté dans les dernières semaines de la présidence Obama, soutenu par la Silicon Valley, qui aurait eu pour but de permettre à des startuppers étrangers de s’installer aux Etats-Unis. Il devait entrer en vigueur la semaine prochaine mais il n’en est rien. Trump a décidé, au mieux, de retarder sa mise en place à mars 2018, au pire, de l’abroger. Pendant ce temps, les administrations du monde entier tentent tant bien que mal d’attirer les talents et les entrepreneurs innovants.

Le PDG de JP Morgan à Paris

Jamie Dimon, PDG de JP Morgan, rencontrera Macron cette semaine. Il souhaite évaluer la pertinence d’une implantation plus importante sur Paris. En parallèle, il a accordé une interview aux Echos dans lequel il met l’accent sur la phase de « transition » qui succédera à la date de sortie effective du Royaume-Uni de l’UE, phase qui devrait durer plus longtemps que prévu (18 mois) selon lui. Il revient aussi sur la déréglementation nécessaire des banques et de la finance en général, notamment sur l’accès au crédit des entrepreneurs. La digitalisation et la sécurité informatique sont aussi des axes de développement privilégiés dans les années à venir pour son secteur.

Statu quo ou hausse du taux du Livret A

Si l’on s’en tient à la nouvelle formule adoptée en novembre dernier, basée sur l’inflation et les taux monétaires, le taux du Livret A devrait passer de 0,75% à 1% dès le 1er août prochain. Toutefois, le gouvernement pourra appliquer son droit de veto et ainsi privilégier le statu quo. La collecte du Livret A a été particulièrement positive sur le premier semestre de l’année, à 1,5 milliard d’euros par mois en moyenne depuis janvier. Mais cette niche fait mal au nouveau gouvernement qui veut davantage orienter l’épargne des Français vers le financement des entreprises, via les actions notamment.

Calendrier macro-économique

  • 10h30 : taux de chômage (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : production industrielle (zone Euro) ;
  • 16h00 : audition de la Présidente de la Fed (Etats-Unis) ;
  • 16h00 : décision de la BoC sur les taux d’intérêt (Etats-Unis) ;
  • 16h30 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis) ;
  • 17h15 : discours du gouverneur de la BoC (Canada) ;
  • 20h00 : Livre beige de la Fed (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 11 juillet 2017

L’ISF réformé dès 2018

L’annonce du gouvernement repoussant la réforme de l’ISF à plus tard dans le quinquennat a aussitôt suscité le retour du ras le bol fiscal. Pour conserver son aura auprès des Français, Macron a fini par faire machine arrière et annoncé l’application de cette réforme dès 2018, en plus de la suppression de la taxe d’habitation et de la mise à niveau de la taxe sur les revenus du capital. Dans les tuyaux sur l’ISF, toutes les valeurs mobilières sortiront du périmètre. Il deviendra d’ailleurs l’impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). Quels types d’immobiliers seront pris en compte ? Certainement les résidences principales et secondaires. Mais qu’en sera-t-il de l’immobilier productif, locatif à incitation fiscale (ex : Pinel) ou encore papier (ex : SCPI) ? Réponses dans les semaines à venir.

Loin des années 2000

L’enseigne à fort succès il y a encore quelques années n’en finit pas de dévisser en Bourse. Le titre Abercrombie & Fitch a chuté hier de 21,13%, faute d’acceptation de la direction (têtue) de céder le groupe. Depuis 2012, son chiffre d’affaires ne fait que se contracter et son image de marque diminuer. Son Conseil d’Administration reste convaincu que s’en tenir au plan stratégique aura un effet relutif pour les actionnaires à long terme…

La refonte des règles antidumping européennes

Les chefs d’Etat de l’UE et les représentants du Parlement européen plancheront une dernière fois demain sur la nouvelle méthodologie à adopter pour régler la question du statut d’économie de marché de la Chine (reconnue par l’OMC depuis décembre 2016), et donc normalement de son exonération de taxes douanières antidumping. Car le gros problème est le suivant : dans bien des secteurs, la Chine reste en surcapacité. Ce qui signifie qu’en plus d’être exonérée de taxes dissuasives sur ses exportations, elle pourra se permettre d’en baisser les prix pour être encore plus compétitive. Une mauvaise nouvelle donc pour les producteurs européens. Reste à savoir ce qui sera décidé sur ces règles dans les jours à venir.

La plus grande décollecte depuis le 1er janvier

Elle est signée Goldman Sachs. La branche Gestion d’actifs de la banque américaine n’a pas l’habitude de figurer en queue de peloton dans ce type de classements. Elle enregistre des rachats nets de 26,7 Mds de dollars depuis le début de l’année. A relativiser toutefois, car cette décollecte ne représente que 2% du total de ses encours sous gestion (1 300 Mds de dollars). Elle est particulièrement pénalisée par ses fonds monétaires (plus de 30 Mds de dollars de décollecte), à l’image de l’ensemble du secteur d’ailleurs. Comme toujours tardivement, les investisseurs se déportent sur les fonds plus risqués (actions notamment) et donc plus rémunérateurs ces derniers mois.

Calendrier macro-économique

  • 16h00 : rapport JOLTS sur l’emploi (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 10 juillet 2017

Le dernier chaînon de la reprise

Après un moral des ménages et des entreprises en nette amélioration et une consommation orientée à la hausse, c’est naturellement autour de la production de s’embellir : 2 points de plus pour la production manufacturière française en mai. Une bonne nouvelle qui vient boucler la boucle et donner raison à la révision à la hausse de la croissance par l’INSEE, à +0,5% pour le deuxième trimestre. En particulier, l’automobile a contribué à cette hausse, à +9,6% en mai pour le secteur.

La pérennité des entreprises s’améliore

L’indicateur s’améliorait déjà depuis plusieurs mois : les défaillances d’entreprises ont encore bien reculé sur le deuxième trimestre : en baisse de 7,8% pour un peu moins de 13 000 défaillances. Là où l’indicateur révèle une donnée nouvelle, c’est sur les petites entreprises. Ces dernières peinaient à profiter jusqu’ici de la reprise annoncée. Ce trimestre, leurs liquidations judiciaires ont reculé de 6,7% par rapport au deuxième trimestre 2016. L’emploi devrait donc logiquement en profiter !

Que retenir du sommet du G20

La scène de quasi-guerre dans le quartier où se tenait le sommet à Hambourg a relancé le débat sur la sécurité intérieure allemande. Les pays se sont mis d’accord sur un point : la lutte contre le terrorisme. Pour le reste, les accords de Paris sur le climat demeurent « irréversibles » pour tous, sauf pour les Etats-Unis qui ont réaffirmé leur sortie. Trump, qui n’était pas venu discuté avec ses homologues mais avec son ami Poutine, a obtenu un passe-droit pour appliquer des mesures « légitimes » sur le protectionnisme. La production d’acier chinois devrait diminuer pour éviter de se voir infliger une taxe dissuasive aux portes des Etats-Unis. Et Merkel a redoublé d’arguments pour aider le continent africain à se développer pour limiter l’immigration de ses populations vers l’Europe.

Buffett l’a décidé

Le géant de l’électricité, le texan Oncor, est la nouvelle cible du holding Berkshire Hathaway. Ce rachat à 18 milliards de dollars, s’il avait lieu, deviendrait la plus grosse acquisition de Buffett depuis celle de l’équipementier aéronautique Precision Castparts en 2015 (32 milliards de dollars). Alors que d’autres prédateurs s’étaient vu refuser son rachat par les autorités, Buffett a toutes ses chances avec son passé d’investisseur de très long terme et donc bénéfique. Le secteur de l’énergie représente 10% des profits du holding de Buffett. Berkshire Hathaway deviendrait ainsi le deuxième plus important électricien du pays. Le fonds alternatif Elliott Management est également sur les rangs pour cette opération.

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : balance commerciale (Allemagne).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 7 juillet 2017

La rapide tension des taux

En l’espace de quelques semaines, les banques centrales ont fait évolué leur discours dans la même direction. Aux Etats-Unis, la Fed en est bien à sa deuxième remontée des taux, mais elle a surtout donné pour la première fois des éléments de réponse sur la fin du QE et la liquidation progressive de ses titres en stock. A un autre niveau, la BCE réduit également la voilure et achètera moins de papiers à l’avenir, bien que le discours soit sensiblement différent puisque l’arrêt n’est pas prévu ni même une remontée des taux. Ces évolutions de politique monétaire se sont très vite répercutés sur les taux d’intérêt des dettes souveraines, avec notamment le Bund allemand qui double en quelques jours, à 0,56% aujourd’hui. Sur l’OAT française, on se rapproche des plus-hauts de l’année, autour de 1%. Même mouvement sur le taux à 10 ans américain : 2,38% aujourd’hui. En ce moment, le rythme est donné par le marché obligataire. En parallèle, les marchés d’actions baissent. Le CAC 40 enregistre par exemple son plus fort repli depuis le début de l’année, à -3,08% pour le mois de juin, sur les plus-bas du gap haussier lié au passage au second tour de Macron. Cumulé à la baisse estivale des volumes à venir, synonyme de mouvements erratiques, l’été pourrait être chahuté.

Plus de cadres pour encadrer

L’Apec est porteur de bonnes nouvelles. Le plein emploi des cadres est quasiment acté. Seulement 3,5% de chômage pour cette catégorie de salariés. Cela fait rêver ! « Nous sommes à des niveaux jamais atteints et cela va se poursuivre » (Jean-Marie Marx, DG de l’Apec). 215 000 nouveaux cadres devraient être recrutés cette année (+5% par rapport à l’an passé). Les profils numériques et commerciaux sont particulièrement recherchés. Les entreprises se tournent donc de plus en plus vers les jeunes diplômés et les seniors, délaissés jusque-là, pour former leurs équipes.

Bonne bourre à Hambourg

Merkel reçoit ses homologues du G20 pour un sommet à Hambourg dès aujourd’hui. Le contexte est particulier pour plusieurs raisons. La première, il s’agit d’un baptême pour Macron et Trump. La deuxième porte sur les divergences de position sur les thématiques du climat et du commerce (dossier chinois notamment). Puis, ce sommet sera marqué par les crises internationales et les relations qu’entretiennent les pays avec la Russie ou la Corée du Nord. Enfin, il y a la position délicate de l’Allemagne et plus précisément de Merkel qui devra adopter le bon ton pour ne pas décevoir son électorat à 3 mois des élections. En fine diplomate, ses nombreuses rencontres bilatérales en amont du sommet du G20 lui ont permis de « tâter et préparer le terrain. »

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : production industrielle (Allemagne) ;
  • 08h45 : balance commerciale (France) ;
  • 08h45 : production industrielle (France) ;
  • 09h30 : indice des prix immobiliers (Royaume-Uni) ;
  • 10h30 : productions industrielle manufacturière (Royaume-Uni) ;
  • 10h30 : balance commerciale (Royaume-Uni) ;
  • 14h00 : estimation NIESR du PIB (Royaume-Uni) ;
  • 14h30 : créations d’emplois (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : taux de chômage (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : taux de chômage (Canada) ;
  • 16h00 : indice PMI Ivey (Canada).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 6 juillet 2017

Une France moins compétitive

Le cabinet de conseil Eight Advisory a recoupé plusieurs études et classements sur la compétitivité de la France. Il en ressort un constat négatif : notre pays est moins compétitif qu’il y a 5 ans, comme en témoignent les classements suivants : 72ème/180 en flexibilité économique ou encore 124ème/138 en fiscalité. En revanche, nos atouts sont sérieux : berceau d’innovations, formations supérieures reconnues et productivité très correcte (17ème/124). Malheureusement les faiblesses l’emportent encore largement : rigidité des conditions d’embauches et de licenciements et forte imposition sur les investissements, notamment étrangers. Cette situation devrait perdurer dans l’attente de la réforme du Code du travail et des nouvelles mesures fiscales repoussées à 2019 par le nouveau gouvernement.

Nouveau record pour l’immobilier en France

Alors que le marché immobilier se portait déjà bien, le voilà encore plus dynamique avec la perspective de la remontée des taux qui presse les acheteurs et nourrit donc la hausse des prix et le nombre de biens vendus (900 000 logements de juin 2016 à juin 2017) : 7% d’inflation à Bordeaux, 6% à Paris et 5% à Lille, Lyon et Marseille. Le plancher des taux d’emprunt a été atteint en décembre dernier (1,75% sur 20 ans et 1,20% sur 10 ans) mais il n’a pas sensiblement augmenté depuis.

Nouvelle notation verte des fonds actions

Carbon Disclosure Projet (CDP) – l’organisme à but non lucratif qui gère la plus grande base de données environnementales d’entreprises au monde – et ISS-Ethix Climate Solutions lancent un système de notation de l’impact climatique des fonds actions : Climetrics. Sur 3 000 milliards d’euros d’encours des fonds, 2 500 sont déjà notés par le système. La méthodologie est développée sur 3 niveaux : impact climatique des actions contenues en portefeuille, intégration du changement climatique dans la gouvernance et les décisions de la société de gestion et évaluation ESG classique. Le système se revendique transparent. A voir si le discours marketing ne l’emportera pas sur l’engagement environnemental réel, comme c’est souvent le cas sur ces fonds labellisés.

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : commandes à l’industrie (Allemagne) ;
  • 13h30 : publication du compte rendu de réunion de politique monétaire (zone Euro) ;
  • 14h15 : créations d’emplois non agricoles (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : inscriptions hebdomadaires au chômage (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : balance commerciale (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : permis de construire (Canada) ;
  • 14h30 : balance commerciale (Canada) ;
  • 15h45 : indices PMI composite et des services de Markit (Etats-Unis) ;
  • 16h00 : indice PMI non manufacturier de l’ISM (Etats-Unis) ;
  • 17h00 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 5 juillet 2017

Calendrier bousculé

Après Macron, c’était au tour de Philippe de monter sur scène hier. Sans grande liberté par rapport au programme présidentiel, le Premier ministre a mis l’accent sur le calendrier de certaines réformes dont la mise en place doit battre en retraite devant les récents déboires sur les comptes publics mis en avant par la Cour des Comptes la semaine dernière. Ainsi, la réforme de l’ISF, la transformation du CICE en baisse de charges et la suppression de la taxe d’habitation pour la majeure partie de la population sont décalées d’un an. Les réformes de la justice et de la Sécurité sociale arriveraient quant à elles… bientôt. En revanche, on devrait pouvoir observer, dès l’année prochaine, la hausse de la CSG et la baisse des cotisations maladie et chômage payées par les salariés.

L’Europe plébiscitée par les hedges funds en 2017

Les performances de ces fonds spéculatifs sont sans appel. Une récente étude montre que ceux qui ont misé sur l’Europe depuis le début de l’année affichent les meilleures performances à ce jour. L’Italie, la France et l’Espagne sont les trois pays les plus « rémunérateurs » : plus de 20% de performance pour les fonds investis sur ces marchés. Sur le semestre, celle des hedges funds dans leur ensemble a été inférieure à 3%.

L’info qui rassure

Pour la première fois hier, la Corée du Nord a assuré pouvoir atteindre les Etats-Unis – l’Alaska plus précisément – avec ses missiles balistiques intercontinentaux. Cette nouvelle relayée par la télévision centrale nord-coréenne a été confirmée par les services de renseignement sud-coréen et japonais, spectateurs d’un essai. Seule question en suspens, et pas des moindres : l’équipement d’une tête nucléaire dans ces missiles intercontinentaux est-il véritablement au point ? La Corée du Nord laisse planer le doute et n’a encore rien démontré publiquement.

La Caisse des Dépôts se réorganise

Pour accroître sa visibilité et son poids sur les marchés, l’institution s’est dotée d’un nouveau département des placements financiers qui regroupe, depuis le 1er juillet, les gestions financières de la section générale (61 milliards d’euros hors court terme) et du fonds d’épargne (85 milliards d’euros). La gestion des participations stratégiques du groupe est donc exclue de ce nouveau service. Avec près de 146 milliards d’euros sous gestion, la CDC est le 4ème institutionnel et le 6ème asset manager français. Elle souhaite aujourd’hui mieux diversifier ses actifs, en réponse notamment à la baisse de ses rendements obligataires, en moyenne de 2,5% aujourd’hui. Elargir l’univers d’investissement au-delà de l’Europe et se tourner vers le développement de la gestion quantitative (utilisation du Big Data et de l’Intelligence Artificielle) sont dans les tuyaux.

Calendrier macro-économique

  • 09h50 : indices PMI des services et composite (France) ;
  • 09h55 : indices PMI des services et composite (Allemagne) ;
  • 10h00 : indices PMI des services et composite (zone Euro) ;
  • 10h30 : indice PMI des services (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : ventes au détail (zone Euro) ;
  • 16h00 : commandes à l’industrie (Etats-Unis) ;
  • 20h00 : Minutes de la Fed (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 4 juillet 2017

Moins de sanctions en 2016

Loin des rythmes de 2014 et 2015 dépassant le milliard d’euros par an, les sanctions prononcées par l’Autorité de la concurrence ont été beaucoup moins lucratives en 2016 : 203,2 millions d’euros. Clémence de la part de l’institution ou assagissement des entreprises ? Outre le changement, l’an passé, de présidence – de Bruno Lasserre à Isabelle de Silva – à la tête de l’Autorité de la concurrence, ce sont surtout les faibles volumes d’affaires des récents dossiers qui expliquent le recul (en valeur) des sanctions en 2016.

Le programme de Merkel pour son prochain mandat

En septembre, Angela tentera pour la quatrième fois d’être réélue Chancelière. Ses ambitions et le début de son programme : baisse du chômage de 5,5% aujourd’hui à 3% en 2025 (plein-emploi), allègement de 15 milliards d’euros sur 4 ans pour les impôts sur les revenus modestes et moyens, embauche de 15 000 nouveaux policiers pour la sécurité,vote d’une loi sur l’immigration instaurant un plafond maximal de demandeurs d’asile accueillis, investissements dans le numérique et l’industrie. Pour la partie « cadeaux », elle sera en partie financée par l’excédent budgétaire.

L’avertissement de l’AMF

Chaque année, l’AMF établit un bilan des dangers courus par les marchés financiers. Cette année, le risque d’une « correction brutale sur les marchés » a apparemment augmenté. En cause dans le rapport : une décorrélation entre volatilité et risque géopolitique, des PER trop élevés (surtout aux Etats-Unis) et un endettement des sociétés françaises qui est passé de 50 à 70% du PIB national sans observer de répercussion notoire sur l’investissement. « On ne comprend pas bien la hausse des valorisations des actions » (Stéphane Gallon, chef économiste de l’AMF).

Calendrier macro-économique

  • Toute la journée : Journée de l’Indépendance (Etats-Unis) ;
  • 10h30 : indice PMI de la construction (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : prix à la production (zone Euro).

Benjamin Frazer

Breakfast News | 3 juillet 2017

Pression sur la Chine

Depuis leur rencontre début avril, l’entente cordiale qualifiait bien la relation entre Trump et Jinping. Depuis, les relations de la Chine avec la Corée du Nord, d’une manière générale, et la complicité découverte entre une banque chinoise et le régime de Pyongyang, plus précisément, sont à l’origine de quelques refroidissements. Ainsi, la récente suspicion sur la Bank of Dandong, soupçonnée de participer au financement du programme balistique nucléaire de la Corée du Nord, envenime les choses. Trump a redoublé de fermeté envers la Chine pour transpariser ses liens avec la Corée du Nord. Pour faire réagir la Chine, les Etats-Unis ont annoncé vendre pour 1,42 milliard de dollars d’armes au régime de Taïwan… un bon copain de la Chine…

Total sur le plus grand champ gazier du monde

Plus de 6 mois après le protocole d’accord, Total va pouvoir commencer à travailler en Iran avec la signature d’un contrat de 5 milliards de dollars sur 20 ans pour développer le champs gazier de South Pars. Rappelons que cet acteur majeur de l’énergie est la première société occidentale à revenir en Iran depuis la levée des sanctions en 2015. Le groupe a su garder un pied dans le pays et se voit récompensé aujourd’hui de ses efforts.

Y’a plus de papier

Le Wall Street Journal ne distribuera plus son journal en version papier en Europe et en Asie. Seuls les abonnements digitaux persisteront. L’édition papier coûte cher et « le journal estime son succès suffisamment important pour prendre le risque » (Les Echos). L’an dernier, ses abonnements doublaient de 48% en Europe. Cette décision fait également suite à une conjoncture difficile pour la presse papier qui a marqué en 2016 un recul de 20% des revenus aux Etats-Unis.

Forza Europa

Beau sursaut des fusions-acquisitions en Europe au premier semestre. Alors qu’elle ont reculé aux Etats-Unis, elles ont progressé de 29% sur le Vieux continent. Et ce sont les groupes français qui ont mené la danse : Essilor-Luxottica, Abertis-Atlantia, Zodiac-Safran ou encore Berendsen-Elis. Rothschild & Co, Citi et BNP Paribas sont les trois banques conseil qui ont été le plus sollicitées en France pour ces opérations.

Calendrier macro-économique

  • Toute la journée : Fête du Canada (Canada) ;
  • Toute la journée : Journée de l’Indépendance (Etats-Unis) ;
  • 09h50 : indice PMI manufacturier (France) ;
  • 09h55 : indice PMI manufacturier (Allemagne) ;
  • 10h00 : indice PMI manufacturier (zone Euro) ;
  • 10h30 : indice PMI manufacturier (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : taux de chômage (zone Euro) ;
  • 14h00 : discours du gouverneur de la BoE (Royaume-Uni) ;
  • 16h00 : indice PMI manufacturier de l’ISM (Etats-Unis).

Benjamin Frazer