Le Mal, entre existence réelle et libre arbitre

Le sujet fait souvent controverse lorsque l’on cherche une raison, autre qu’humaine, aux guerres et génocides. La question posée est que, si le Bien existe à travers Dieu, alors pourquoi pas le Mal à travers le Diable ?

La question sur l’origine du Mal est revenue sur le devant de la scène dans une récente interview du nouveau supérieur général de l’Ordre des Jésuites, le Père Arturo Sosa. Ce dernier dépeint le Diable comme une simple vue de l’esprit, créée par l’Homme pour pouvoir expliquer les atrocités qui animent souvent ce monde. Toujours selon Sosa, la question de la liberté est intimement liée à celle de la dichotomie Bien / Mal. Le raisonnement est que les chrétiens sont libres, libres donc d’agir pour le bien comme pour le mal. A l’image de Dieu qui choisit de toujours faire le Bien dans sa grande bonté, le chrétien fait de même.

Bien qu’issu également de la Compagnie de Jésus, le pape François s’oppose radicalement à ce symbolisme autour du Mal. Récemment, il lançait « le diable existe et nous devons lutter contre lui. C’est ce que dit Saint Paul, ce n’est pas moi qui le dis. »

Plusieurs prêtres exorcistes dans les diocèses de France viennent renforcer la position du Pape sur sa réalité et la nécessité de le repousser. La croissance des demandes d’exorcisme est exponentielle ces dernières années. Dans les seuls diocèses d’Île-de-France, plus de 2 500 demandes sont émises par an et une cinquantaine sont effectivement réalisées.Certaines ONG et des fondations (à l’instar de Prince Albert II de Monaco ou David et Lucile Packard) financent des programmes.

12/06/17 — Source : Le Figaro