Un autre pivot

Les banques centrales approchent du terme de leur cycle de resserrement monétaire. La Fed aux Etats-Unis et la BCE en zone euro devraient donner cette semaine des éléments de réponse quant aux derniers tours de vis qu’elles s’apprêtent à donner. Dans un contexte où les courbes de taux d’intérêt des emprunts souverains sont toujours inversées, nous restons prudents sur la duration de la poche obligataire des portefeuilles de nos clients. Toutefois, nous veillerons dans les prochains mois à ne pas « laisser vieillir » cette poche en leur proposant des achats longs dans le cadre de réinvestissements et/ou d’arbitrages afin ne pas descendre sous les trois ans de vie moyenne.

En ce qui concerne les marchés d’actions, leur hausse demeure très polarisée depuis le début de l’année. En France par exemple, moins de cinq valeurs portent la majorité de la hausse du CAC 40. Il s’agit notamment des groupes du luxe. La poche actions des portefeuilles de nos clients étant objectivement mieux diversifiée qu’un indice de ce type, elle enregistre un logique retard de performance. Toutefois, cette diversification représente la solution la plus rentable sur une longue période. Des poches de revalorisation, notamment sur les petites capitalisations, sont bien identifiées au sein des fonds actions portés par nos clients et devraient bientôt apporter leur contribution positive.