Diversification et spécialisation

Notre stratégie d’investissement sur l’univers actions se résume dans deux approches.

La première relève de la diversification des univers d’investissement : par taille de capitalisations, zone géographique et style de gestion. Cette approche permet de lisser l’exposition actions de nos clients pour leur faire profiter, sur un horizon de long terme, d’une rentabilité régulière qui relève de la structure de l’économie et non pas de biais conjoncturels voués à être corrigés à un moment ou un autre. Ainsi, nous nous positionnons pour eux dans une logique de long terme et ne prêtons guère attention aux bruits de marché sur le court terme.

La seconde approche relève de la spécialisation des gestions de portefeuille qui permet de s’assurer d’être performants sur chacun des univers d’investissement. Cette approche passe par la sélection et le suivi rigoureux de gérants de fonds qui parviennent, dans la durée, à surperformer leur segment de marché (indice de référence). C’est ainsi que nous bâtissons l’allocation actions de nos clients, en OPCVM (fonds de gestion active) plutôt qu’en ETF (fonds indiciels passifs).

Ce parti pris, entre diversification et spécialisation, est selon nous le plus performant sur une longue période. Ce mois de septembre est un bon exemple du retour, encore fébrile, des petites capitalisations et du style de gestion dit « value » qui sont, depuis maintenant près d’un an, délaissés par les investisseurs.

C’est ainsi que les fonds actions de nos clients dédiés à cet univers, et qui pèsent sur leur performance depuis un an, offrent en septembre des performances plus élevées que la moyenne.

1er octobre 2019 – Benjamin Frazer